Que connaitre de la cybercriminalité ?

Longtemps ignoré par le droit pénal, le cyberespace est devenu le terrain de jeu et d’action de plusieurs criminels. Ce sont ceux qu’on appelle les cybercriminels. Un cybercriminel par définition, c’est un délinquant ou un malfaiteur qui utilise le système numérique et le réseau informatique pour agir de manière malveillante. Outre ce point, comme ce type de crime est de plus en plus en vogue, il sera également nécessaire de connaitre d’autres aspects sur le sujet de la cybercriminalité.

Les cibles de la cybercriminalité

Quand on parle de cybercriminalité, les crimes commis touchent les systèmes informatiques, mais aussi, les réseaux y afférents. L’objectif est donc, de porter préjudice et de détériorer les procédures de traitements de données informatiques. Il s’agit aussi de tout ce qui concerne les infractions effectuées sur des informations numériques d’autrui et les manquements aux règles de la cryptologie, comme la cryptologie utilisée de manière frauduleuse et malintentionnée. Ce type de crime concerne également les actes malveillants effectués à travers les réseaux. Par réseau, les cybercriminels votre surtout utiliser Internet pour leurs méfaits, comme l’usage du numérique à des fins pédophiles et tout ce qui se rapporte à la violation des droits communs.

Différence entre cybercriminalité et criminalité informatique

Ces deux notions sont assez semblables, mais présentent également des différences dans le monde du numérique. En effet, la criminalité informatique englobe tous crimes recensés dans le monde de l’informatique, incluant les plagiats ou encore, les vols d’idées. Elle comprend de ce fait, la cybercriminalité qui ne concerne que réseau numérique et le système informatique. La criminalité informatique peut aller au-delà de ces deux domaines. On parle donc, de cybercriminalité quand il y a une action d’introduction, dans un système, engendrant une détérioration de données, ou la suppression de ces dernières. Cette action est un crime si l’acte est fait de manière volontaire. Il s’agira aussi de cybercriminalité si cette action découle sur une intention malveillante voulant faire une transaction financière frauduleuse ou pour effectuer des actes d’écritures fausses. L’action est également criminelle si elle vise à impacter de manière négative, le bon fonctionnement d’un réseau ou d’un système informatique, et cela, de manière volontaire.

Les différents types de cybercriminels

Devant ces définitions et ces typologies, on peut identifier différentes sortes de cybercriminels. En premier lieu, on a le hacker. Un hacker a pour but d’entrer par effraction dans un système ou un réseau informatique. Il vise l’exploitation du système et du réseau d’autrui, et en exploite les différentes vulnérabilités. Pour ce faire, il violera les règles de sécurité du système pour y entrer et voler des informations ou pour détériorer des données. Ensuite, il y a les crackers. Leur but des ces derniers, c’est de casser ou cracker les codes d’accès. Pour ce faire, ils vont faire en sorte de casser les codes inscrits sur les logiciels en vue de les copier frauduleusement. Dans ce cas, ils utilisent des patchs pour assurer le crackage. On a aussi casher dans la liste des cybercriminels. Ce dernier ne vise qu’une chose, le sabotage du système. Et ceci, en usant des failles pour forcer l’arrêt des services. Ils peuvent aussi envoyés des virus ou des worms (vers) pour détériorer un système informatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *